menu accueilmenu choisir internatmenu guide des internatsmenu actualitemenu recherchemenu reste

Jeudi 17 Août 2017

Saint-Christophe à Masseube

Sondage
Pourquoi choisir l'internat ?
Habitat étloigné d'un établissement scolaire
Pour l'encadrement permanent
Moins de tentations (TV, PC, amis...)
Pour pratiquer un sport ou des activités
Pour une expérience de vie collective
Pour échapper a l'univers familial
La solution pour poursuivre des études

Accueil > Pourquoi l'internat?

L'internat pourquoi?


pourquoi 1

Avant tout pour des raisons "matérielles". A la campagne, dans les petites agglomérations, les parents n'ont, en effet, pas d'autre alternative que la pension pour éviter à leurs enfants des trajets épuisants (surtout pendant l'hiver quand il faut affronter la nuit et le mauvais temps).
Il vaut donc mieux économiser du temps et de l'énergie pour les études que de les perdre en transport. Le choix de telle ou telle filière technique ou professionnelle (en particulier agricole) enseignées dans un nombre restreint d'établissements contraint aussi de nombreux lycéens à s'éloigner de leur domicile.


Les aînés d'une famille nombreuse logée dans un appartement modeste le demande, car il est bien difficile de se concentrer au milieu de ses petits frères et soeurs, plus jeunes et plus turbulents.

C'est aussi une alternative pour des parents accaparés par leur vie professionnelle.
Difficile, en effet, de concilier travail et famille quand on est hôtesse de l'air, infirmière, commerçante ou obligé de travailler en horaires décalés. Si la solution de la "nounou" est valable dans les premières années, elle montre vite ses limites dès que l'enfant entre au collège. Si, passé un certain âge, les enfants eux-mêmes ne veulent pas être traités comme des "bébés", ce n'est pas une raison pour les laisser s'assumer seuls!

Les enfants restent par définition des enfants. Ils peuvent exceptionnellement se débrouiller mais cela ne doit pas devenir une habitude.
Alors, les parents préfèrent voir leurs enfants "encadrés" plutôt que livrés à eux-mêmes, davantage tentés de jouer sur leur "playstation" que de faire un devoir de maths ! Ils travaillent moins, de moins en moins puis plus du tout. C'est le début d'un engrenage : accumulation de mauvaises notes, indiscipline, renvoi. Sans compter qu'à la moindre remarque, l'ambiance familiale devient exécrable ! Au bout du compte: le trop célèbre échec scolaire. Les parents ont pourtant tout essayé: cours particuliers, cours de rattrapage, entretiens avec l'équipe enseignante. Sans succès.
La pension peut être un moyen de les "rééquilibrer". "Mes parents ne sont jamais rentrés à la maison avant 21 heures 30, affirme Sébastien treize ans. Alors je préfère être dans un pensionnat plutôt que de me retrouver tout seul après les cours".


pourquoi 2

C'est aussi un fait que "l'éclatement" des familles à la suite d'un divorce, favorise le regain d'intérêt pour les pensionnats. Ces ruptures engendrent souvent des enfants perturbés à un moment, celui de l'adolescence, oû les relations avec les parents tournent très vite à l'épreuve de force !
Ou quand une mère doit reprendre une activité professionnelle plus prenante et n'arrive plus à calquer ses horaires sur ceux de ses enfants. La pension peut être perçue comme une "deuxième famille", mais sans jamais prétendre remplacer la première. L'éloignement temporaire permet à chacun de trouver sa place et de sortir de situations pesantes. Ce que confirme l'AIS lorsqu'elle affirme que "l'internat continue de remplir une fonction essentielle pour pallier les carences du milieu familial". Cela peut aboutir à des situations extrêmes notamment pour des enfants en rupture avec leur famille.
L'internat peut être le moyen de les "recadrer" en leur réapprenant à vivre normalement, au milieu d'adultes vigilants et surtout en compagnie de camarades, qui n'ont pas eu à connaître les mêmes difficultés qu'eux. "Ils peuvent reprendre pied dans un milieu structuré" soulignait, en 1994, Claude Caré, inspecteur général à l'Education nationale.


N'oublions pas non plus que la montée des "incivilités", pour ne pas dire de la violence, les problèmes de drogues dans les collèges et les lycées poussent de nombreux parents à chercher une autre voie que celle de l'externat. Quand ce ne sont pas les enfants eux-mêmes qui, après avoir subi maintes intimidations, demandent à ce qu'on les sorte de ce "bahut d'enfer" !

 

Enseignement-prive.fr V1.1
CIDE 84, boulevard Saint-Michel, 75006 Paris - Tél. : 01 53 10 33 20 -